à la Une

Pic de Serrère

Le pic de Serrère à 2912 m est facile d’Andorre, pas question pour moi de prendre le chemin des touristes, je reste en France !

J’adore l’Aston, c’est long, aucun balisage, quelques sentes à vaches piégeuses à souhait et personne.

Départ du bout de la route de la galerie au dessus du barrage de Riète à 1550 m.

Par le chemin dit « de Jojo », non tracé sur la carte, on rejoint la prise d’eau vers 1540 m et le chemin horizontal de la conduite.

Sur le chemin de Jojo:

Juste avant la prise d’eau:

Ruisseau de Quioulès:

La passerelle dite « pont de Jojo » permettant d’aller vers les étangs de Carau:

Le brouillard me poursuit, l’herbe est trempée. Arrivée à la passerelle à 1656 m au dessus du ruisseau de la Sabine:

Il faut ensuite descendre un peu pour rechercher la rive gauche du ruisseau venant de l’Estagnol.

Le brouillard joue avec moi:

Je suis trempé jusqu’à la taille. Juste avant l’Estagnol:

L’Estagnol, 10 min après, le brouillard a tout envahi.

Je vais monter à l’ouest sur la crête à un petit col sur la droite:

Sur la crête, je vais chercher le point 2282 m, le cheminement est sympa:

Tout prêt de la crête du Sal, elles ne voient pas grand monde, je suis l’attraction de la semaine:

Le voila le pic de Serrère au centre tout en rondeur:

Les deux étangs indiqués sur la carte sous le pic de l’Estagnol sont des mares fétides polluées par les vaches nombreuses.

Point de vue sur la crête du Sal: étang de Soulanet et pic de Thoumasset:

L’étang à 2446 m sous le pic de Serrère:

et le cabanon du vacher:

Je ne prend pas la voie normale par la Portella de la Cebollera mais le pierrier qui mène au col à 2702 m. C’est raide, faut pousser sur les bâtons.

Le pic du Sal:

Arrivée au col, ouf, coté Andorre la vallée de Sorteny:

La crête est facile, 200 m à avaler:

Vers l’est:

Crête vers le pic de la Cabaneta:

Descente au col à 2702 m et je continue jusqu’à la Portella de Cebollera.

Au col:

A la Portella à 2656 m. La descente est moins raide et surtout moins longue que celle du pierrier:

Je passe l’abri du vacher et l’étang par l’est et entame la descente du ruisseau de la Coume de Seignac jusqu’à 2200 m.

Bivouac dans le brouillard, le lendemain matin , il fait beau:

Début de descente facile au soleil:

Arrivée vers 1950 m, de grosses touffes d’herbes bien mouillées

puis du rhodo, des trous et des cailloux bien glissants:

Cabane de Bela:

La suite est facile:

Traversée du ruisseau de la Rebenne:

Et retour à la cabane de Quioules:

Sur le chemin de Jojo

et arrivée au parking à midi.

Vu personne pendant toute la balade.

J’adore encore plus ce coin de l’Aston !

à la Une

Baborte, Sotllo

pic de Baborte 2934 m

pic de Sotllo 3073 m

Serrat de la Llaguna 2652

D+ : 2820 m

Départ : Pla de Boavi 1363 m

Montée par le riu de Sellente, à la cabane de Sellente AR à l’estany de Rovinets où des filets sont disposés pour capturer les vairons.

Au Planel de Sant Pau, j’oblique vers la Riberra de Canedo que je vais remonter jusqu’à l’étang de Canedo.

Une vue prise au retour le lendemain:

Une montée raide à prendre rive droite. La première fois, je l’avais descendu dans le torrent.

Après un gros effort, on arrive sur un faux plat plus agréable:

Etang de Canedo:

et vue sur le pic de Baborte et le col de Canedo où il faut monter.

Il y a une sente dans le pierrier mais cachée par le névé, je monte mi neige mi pierrier croulant.

Au col, les estanys de la Coma de Sotllo:

Crète facile jusqu’au pic de Baborte:

Au pic, l’étang de Baborte:

L’Estat à droite et le pic de Sotllo: deuxième objectif de la journée en partant de l’estany, le névé, le pierrier, le col et la crête sud.

Estanys Sotllo et Fondo:

Estany Canedo:

Je redescend au col de Canedo:

puis aux estanys de la Coma de Sotllo:

Le chemin est long jusqu’au Sotllo:

Arrivée aux estanyets de Sotllo et début de montée dans le pierrier, vue sur le pic de Baborte:

Sur la crête sud du Sotllo:


Que du caillou, vue sur le sommet:

Au sommet, l’Estat:

Coté Broate:

Estanys d’Estats et de Sotllo:

Vue sur la Coma de Sotllo:

Retour au pied du Baborte:

et du Sotllo, bivouac:

Le lendemain, passage au col de Baborte:

et par les étangs du cirque de Baborte:

puis après passage de petits cols, arrivée aux estanys de la Llaguna:

L’étang le plus élevé et le Tres Pics:

Au col, à 2570 m, il n’est pas possible de descendre coté nord, je prends la crête jusqu’à Serrat de la Llaguna:

Au sommet, vue sur les estanys del Torn:

Descente douce au col puis retour vers le riu de Sellente, pas mal de cailloux:

Au pla de Boavi:

à la Une

Pic du Pas de Chien

L’année passée, j’avais remarqué, du pic de la Sabine, cette belle vallée de Rieutort bien sauvage ainsi que l’étang de Mille Roques.

D’après les descriptions sur Internet, l’accès ne semble pas aisé. Donc, je pars avec comme objectif l’étang de Mille Roques sans penser un instant monter au pic du Pas de Chien(2491 m).

Du pic de la Sabine:

Départ du terminus de la route ( 1550 m) au dessus du barrage de Riète par le chemin de Jojo.

Ce chemin non tracé sur la carte mène au ruisseau de Quioulès au niveau de la conduite au point 1512 m.

Jusqu’à la cabane de Rieutort, un marquage a été réalisé probablement par les chasseurs. Ce marquage aide beaucoup.

Peu avant la cabane en sortie de forêt:

La cabane au top:

La suite du programme, le chemin disparait:

Le but est de constamment retrouver la sente intermittente car la progression n’est pas toujours facile.

Cette vallée est magnifique.

Arrivée au premier des deux petits étangs:

Sur la sente:

Le second étang:

Pour monter à l’étang de Mille Roques, il faut passer par la droite .

L’étang et le pic du Pas de Bouc à droite:

Je monte sur la crête au nord est.

Sur la crête et le pic du Pas de Chien:

Laquets en contrebas:

Au pic:

Le Cimetière des Francs:

Je continue jusqu’au pic de Mille Roques:

La descente au jugé…

Je rejoins le couloir d’accès à l’étang de Mille Roques:

Retour vers la cabane:

Malgré le marquage, je me suis ensuite égaré par une baisse de vigilance. une bonne demi heure en plus.

Le retour par le chemin de Jojo est fastidieux, il faut remonter du dénivelé.

Arrivée au parking sous une forte chaleur.

Une rando magnifique et sauvage à souhait.

à la Une

Pic de Cabaillère, Mirabail et Pic de Riet

Une belle boucle au départ du Pla des Peyres en Aston.

J’ai décidé de passer par les étangs du coin, point de chemin sur la carte, on verra bien …

Un chemin tout de même menant à l’étang de Cabaillère.

Le petit étang au dessus à 2208 m:

Le magnifique étang Noir de Cabaillère, bivouac possible:

Je monte vers le pic de Cabaillère, regard sur les deux premiers étangs:

Au pic:

L’étang Mirabail et au fond l’étang de la Coume de Varilhes:

Pics de la Portaneille:

Vers le refuge du Ruhle:

Etang de la Peyre et pic de Riet:

Descente à l’étang de Mirabail:

A flanc, je rejoins le col vers le sud ouest à 2352 m.

Avec la cabane:

Au col:

Etang de la Coume d’Ose et pic de l’Homme Mort:

Vallée de la Rebenne:

Le Mirabail, montée par la crête :

Au Mirabail:

Je redescend vers l’étang de la Peyre puis je passerai du coté de l’étang des Castellasses et monterai à l’étang Noir des Castellasses.

Etang Noir des Castellasses:

Etang de la Peyre:

Montée directe sur la crête pour rejoindre la pointe à 2432 m.

Sur la pointe:

Etang des Castellasses:

Etang Noir des Castellasses après une montée hésitante:

Au pic de Riet, ça commence à tirer sur les jambes:

Je veux descendre dans la Jasse de la Rebenne, c’est raide, il faut louvoyer un peu:

Etang de la Coume d’Ose:

La Jasse:

La cabane délabrée:

Bivouac à l’étang de la Coume d’Ose:

Le lendemain, à partir du col, je vise l’étang de la Coume de Varilhe, le cheminement n’est pas si évident.

L’étang:

Puis descente dans la vallée.

L’étang de Laparan bien diminué:

J’ai vu un pécheur à l’étang de Mirabail et un berger au loin. Au retour et à partir du sentier balisé à la passerelle à 1867 m, des trains de randonneurs.

à la Une

Pic de Puntussan, pic Près de Puntussan, pic des Trois comtes

Départ Agneserre au dessus d’Aulus.

Montée dans la fraîcheur, les dernières nappes nuageuses se dispersent au dessus de l’étang du Garbet.

A partir de L’étang Bleu, plus de chemin mais des cairns qui partent dans tous les sens.

La Craugnasse:

Sur la crête de Tourte vers la pointe 2539 et le pic de Puntussan à droite:

Vers Certescan et Montabone:

Au pied du Puntussan:

Au col à 2562 m entre le pic de Puntussan et le pic des Trois Comtes, vue sur l’Estat:

Le pic de Puntussan:

Etang de la Coumette d’Ayguenouilles, lieu de bivouac:

Je dépose le gros du sac à l’étang, en face le pic Près du Puntussan:

La partie descendue du col, il faut trouver le bon chemin et le pic des Trois Comtes:

Je vise le collet à 2604 m entre les deux Puntussan, puis toute crête jusqu’au pic de Puntussan:

La crête vers le pic Près du Puntussan:

Les trois mille:

Pic des Trois Comtes et Pique Rouge de Bassies:

Pour aller au pic Près du Puntussan, j’abandonne la crête pour le flanc est. Ce n’est pas rapide, il faut louvoyer, certains névés sont trop pentus.

Au pic Près du Puntussan, vue sur la Pointe du Trou de l’Ours et la pointe du Parec:

L’étang de Bentefarine et la pointe des Trois Comtes:

La pointe du Trou de l’Ours est fière:

Le pic de Puntussan, le pic des Trois Comtes et l’étang du bivouac qui n’est pas tout près, une longue traversée s’annonce.

A 2470 m, la nuit à été clémente, au levé du jour:

La montée vers la crête est beaucoup plus évidente du bas, elle se termine par un petit couloir herbeux:

Je pose le sac pour les quelques mètres de blocs jusqu’au pic des Trois Comtes.

Retour par le chemin de l’aller. Les trois pics:

Le Garbet:

à la Une

Pic de Moredo

Cela faisait de nombreuses années que je voyais ce pic tout blanc depuis la frontière, ça me démangeai d’y aller.

Départ du col de Pause au dessus de Couflens et passage à la cabane d’Aula.

Au port d’Aula, le pic de Moredo est tout au fond, je n’y suis pas encore !

estanoyla d’Aula:

estany del port d’Aula:

Descente du Barranc de Clavera:

Arrivée au Prats de Clavera:

Il faut remonter un peu la piste vers l’ouest et trouver le chemin du torrent de Cireres : pas de difficultés au départ mais à un moment le chemin disparaît. En restant rive gauche, je le retrouve peu après dans la forêt.

En sortie de forêt, la montée est ensuite paisible avec le pic toujours en point de mire. Une vallée magnifique sans personne.

Je bivouaque à 2100 m aux Clots de Rocablanca, il me restera à peine 700 m à faire le lendemain pour le sommet:

Au matin:

Il faut continuer jusqu’au pied du Moredo et partir à gauche dans un couloir qui nous mène de façon évidente à la crête.

Au sommet:

Maubermé à gauche:

Et Valier au centre, pas l’habitude de le voir sous cet angle:

Je descend coté est vers le Barranc de Bortiero et vers Alos d’Isil:

Cerfs:

Regard en arrière:

J’ai voulu descendre direct vers Bordes de Moredo, un peu galère. Arrivée à Bordes de Moredo et chemin vers Alos:

Le pont d’Alos:

De la route et détente à la Noguerra Pallaresa. Puis de la piste jusqu’à Borda de Perosa et montée directe vers le port d’Aula. C’était début juillet donc pas trop de voitures encore sur la piste, c’est tout autre chose en août. Les catalans gagneraient vraiment à interdire cette piste aux engins motorisés.

Une belle rando en boucle avec un sommet qui se mérite ! Je n’ai vu que 2 randonneurs espagnols au loin …

à la Une

Pica Palomèra et Tuc des Armèros

Derrière le pic de Crabère, coté catalan, de belles montagnes. Randonnée effectuée fin juin, je n’ai vu personne pendant deux jours.

Dénivelé positif: 2560 m

Parti du refugi dera Honderia (après Canejan), j’effectue une boucle:

parcours.PNG

Dans Pales de Bedreda:

estanh de Bedreda:

Etangs en dessous à 2043 m:

Lac deth Potz et Tuc des Crabes:

Maintenant, je quitte le GR.

Le retour se fera par ce chemin:

Pica Palomèra, il faut monter sur la crête à droite:

Estanh Nère de Uèrri:

Maubermè vu de la Pica Palomèra:

Estanh de Pica Palomèra, j’y passerai le lendemain:

De la Serra des Armèros, le Tuc des Armèros:

Coret dera Ansa dera Caudèra, une des nombreuses mares:

Aubaga de Siesso:

Estanhola des Armèros:

Au sommet du Tuc des Armèros:

En descendant, pic de Serre Haute:

Le bivouac se fera la:

Estanh de Pica Palomèra:

Site des mines de Liat:

Lac Long de Liat:

Er Estanhot:

Estanh Nere deth Cap deth Marc:

Lacs de Liscorn:

Belle tyrolienne:

De nombreuses marmottes:

Dans la descente de Pala de Uèrri:

Retour à la voiture:

C’était magnifique !

à la Une

Pic de Bourbonne en boucle

Mois d’août, la météo prévoit un temps très chaud et sec. Je pars pour deux jours en mode léger, l’idée est de parcourir tous les étangs entre la vallée de Gnioure et celle de Peyregrand dans le Vicdessos.

J’ai fais un peu de recherche de topo mais le parcours reste très imprécis et mon idée n’étais pas de faire le pic de Bourbonne.

Le parcours:

Je démarre à 5 h 30 du parking du Bouychet, il fait chaud.

Arrivé au pont de la Peyre, je prends la direction du barrage de Gnioure.

Peu après la cabane d’Auruzan, j’emprunte le chemin vers les étangs de Neych.

Au premier étang:

Je fais le tour des 6 étangs.

Au quatrième étang:

Au dernier étang à 2026 m , je monte directement dans le pierrier.

Arrivé au col à 2339 m:

Je vais passer par une brèche au centre entre les points 2310 et 2386 m.

L’étang des Renoudeilles des Vaches:

A la brèche, l’étang des Renoudeilles des Brebis avec le pic de Bourbonne:

A partir de cet étang, le cheminement n’est plus évident, passer sur le flanc gauche ne me parait pas facile et la crête est bien dentelée.

A l’étang, j’hésite et je décide de monter sur la crête au plus près à gauche du pic des Renoudeilles:

Arrivé au col, vue sur le pic de Bourbonne, en effet la suite n’est pas simple. J’hésite entre faire le pic ou descendre vers l’étang de Landrène pour remonter le cirque.

Et je ne sais même pas si ça descend de l’autre coté de la crête de Bourbonne !

J’opte pour la crête.

L’étang de Peyregrand avec la mare à 2194 m.

C’est chaotique, je dois descendre coté ouest de la crête, remonter, descendre …

J’approche du pic, les problèmes semblent réglés, je vais prendre la petite brèche à gauche:

Obligé de redescendre un peu coté ouest pour un final facile.

Beaucoup d’efforts dans les hésitations pour un dénivelé affligeant.

Au sommet, les étangs de Llassies et le pic du port, c’est superbe.

Ouf, je vois que ça descend aisément vers les étangs de Llassiès.

Etang de Peyregrand:

Je vais faire tous les étangs (une douzaine) en boucle, c’est sauvage, pas de chemin et personne.

Arrivée au plus haut des étangs.

Je n’ai pas eu le courage d’aller voir l’étang du Rouch, ça me donnera une bonne excuse pour revenir !.

La cabane super aménagée du berger, merci pour son accueil.

Les étangs inférieurs:

J’arrive au dernier étang, il est 17 h. Mon idée était de bivouaquer pour descendre tranquillement la longue vallée de Peyregrand le lendemain.

J’ai encore la forme, je décide de tenter la descente en mode turbo avant la nuit. 10 km de vallée à descendre, le genou a du mal.

A la jasse du Roc Rouge:

A la jasse de la Mastière:

DSCN2122 jasse de la mastière.JPG

J’arrive au parking à 20 h 30.

Super balade !

à la Une

Deux jours en Aston

Balade à l’est du massif de l’Aston, encore une infidélité au Couserans.

Départ du Pla des Peyres.

Tracé français en vert:

Tracé andorain:

Je pars en suivant la Coume de Varilhes, le Pla des Peyres:

Le premier des étangs de Fontargente:

Deuxième,

Port de Fontargente:

Grand étang de Fontargente:

Initialement, je voulais prendre la crête par le pic Négre de Juclar, mais elle ne m’a pas inspiré, je décide donc de passer en Andorre et de descendre le riu del Manegor.

Baladosa:

Montée vers les étangs de Juclar:

Coté français, étangs de Joclar et Estagnol. On distingue le refuge du Rhule où je passerai le lendemain.

Etangs de Juclar, magnifiques.

Arrivée à la frontière au Col de l’Albe. L’étang de l’Albe:

A l’étang à 2285 m avec la crête du pic d’Escobes:

L’étang de Couart:

L’étang de Pedorres:

Je remonte le ruisseau de la Vaillette jusqu’au col à 2440 m.

Au col , l’étang du Siscar:

Au déversoir:

Belle vallée du Siscar:

A la Jasse del Forn:

Je descend jusqu’à l’intersection avec le GR à 1962 m et je remonte vers la Jasse de Brougnic. Je bivouaque juste au dessus de l’étang à 2000 m. Brouillard le soir, le matin je pars rapidement avant que le brouillard remonte.

A l’étang de Pédourres:

Je décide de passer par l’étang Vidal, pas facile en hors sentier.

Après Vidal, le petit étang à 2109 m:

Etang de Comte:

L’Estagnol:

Je monte par le GR de Pays, GR 10. Longue montée, il fait chaud et le parcours de la veille se paye maintenant.

Arrivée sur la crête de Lhasse:

Il faudra encore descendre et monter jusqu’au col de la Calmette.

L’étang Bleu:

La marre suivante:

Le col des Calmettes à 2330 m, descente vers le refuge du Rhule:

Au refuge.

Fin de balade.

L’intro

Ce site s’adresse aux randonneurs expérimentés. Certaines randonnées sont faciles et suivent des sentiers balisés. D’autres sont hors sentier, longues ou sur des terrains complexes. Les descriptions sont nullement des topos mais sont destinées à susciter des idées et des envies.

Des personnes me demandent si j’ai une trace pour telle ou telle randonnée; la réponse est non. Est-ce une mode d’avoir le téléphone scotché à la main et les yeux rivés dessus ? De la fainéantise ?

En tout cas, ce n’est pas mon concept de la randonnée. Soit je prépare mon parcours ( et c’est déjà un grand plaisir), soit je pars sans objectif précis et sans savoir si ça passe. Et dans ce cas, toutes les capacités du randonneur sont mises à contribution : lecture de la carte, analyse du terrain, recherche de l’itinéraire, … Et même si parfois il faut faire demi tour, c’est là que réside le principal plaisir: faire SA trace ! Et non celle d’un autre.

Je suis bien entendu ouvert à toute discussion, précision sur le parcours, partage, …, n’hésitez pas à m’écrire.

Etangs de Marqueille

Une bien belle balade dans le Vicdessos à l’été 2021.

Départ du parking de Pradières d’en Haut.

Je prends la variante du GR10 jusqu’à l’intersection avec le GR 10 à 1575 m:

Long cheminement en balcon, je reste à l’ombre, étang d’Izourt:

A l’intersection à 1986 m , je prends le chemin de Petsiguer.

Aux premiers étangs:

La suite:

L’orri de Petsiguer:

La cabane, les cadenas étaient en promo:

Joli cadre et montée sympa, je croise un premier randonneur, les autres seront à partir de l’étang Fourcat.

Au petit col à 2415 m:

En contrebas:

Arrivée à l’étang de la Goueille:

Pic de l’Albeille et Port Nouveau:

J’essaye de rejoindre les étangs de Marqueille par l’est de la crête.

Ruisseau de Gnioure:

Assez vite, je suis bloqué, j’essaye un moment de prendre toute crête mais très vite je dois revenir coté ouest.

En visant le col:

Au col à 2555 m:

Effectivement, la crête n’est pas de tout repos, j’ai bien fait de ne pas persister.

Grand étang de Marqueille:

Et petits.

En face, à droite, el Collet de la Coma que j’avais remonté pour aller au pic du Port:

Il me reste, un jour, à tenter la montée aux étangs de Marqueille par la vallée de Gnioure.

Remontée au col:

Au port de la Goueille, l’étang du même nom:

Je prend ensuite le GR T64 variante pour rejoindre l’étang Fourcat, GR pas très agréable.

Etang Fourcat:

Le Petit Etang Fourcat avec le refuge et le pic de Tristagne:

La descente à l’étang d’Izourt est rude avec la chaleur et les caravanes de touristes.

Je passe par la rive gauche, plus sympa que la droite.

Une bonne journée, peut être à faire en sens inverse pour éviter le monde à la descente de l’étang Fourcat.

Pic de la Calabasse par la crête est

Départ de Playras (au dessus de Sentein)à 1089 m.

Chemin de tour du Biros sympathique.

A la dernière grange restaurée:

A droite le col de Quimes, premier objectif. Puis la crête, pic de Paumade au névé et à gauche pic de la Calabasse:

Arrivée au col de Blazy, deux chemins possibles.

Solution 1 : on prend la crête directe jusqu’au Tuc de Pujatech. Un chemin facile.

Avant le Tuc, on voit le col de Quimes:

Au Tuc, il faut descendre 80 m pour rejoindre le col.

Solution 2 : on contourne le Tuc en suivant le tour du Biros et vers les sources de Badercau, à la pancarte , on prend le chemin de gauche en ascendance, ici:

En sortant de la foret, la crête:

Au fond, le col de l’Herbe Soulette:

A l’approche du col de Quimes:

A flanc, par une sente pas toujours bien faite, ça devient plus rude jusqu’au pic de Paumade.

Pic de Paumade au névé et à droite, le pic de la Calabasse.

En arrière:

Maladetta:

Crabère, Serre Haute:

Passé le pic de Paumade, c’est très agréable, petites montées et descentes.

Au sommet:

Etang d’Uls et Crabère:

La crête est en entière:

Coté Pale de Rase:

Je redescend par le col d’Auarde, la cabane des Pugnes.

Cette vallée est longue mais magnifique.

Cabane du Troumas:

Et Chapelle de l’Isard:

Descente vers Frechendech et à 873 m , continuer le Tour du Biros pour revenir à Playras.

Une dure remontée sur 220 m pour un total de 1450 m de D+ et 7 h.

Pic de l’Har par la crête est

Vu du pic de Paumade, la crête en second plan:

J’avais déjà gravi le pic par la face nord . Il me restait à le grimper par la crête nommée Montagne d’Ourdouas.

J’avais également remonté toute la conduite d’eau jusqu’à la cheminée d’équilibre sous le Tuc des Ours. C’est donc en continuité.

Départ Eylie

Un peu avant d’arriver au col des Cos, verdoyant.

A la cabane, je prends la sente indiquée sur la carte en direction de la cabane d’Ourdouas:

Je vois 4 pièges photographiques pour épier les ours.

Arrivée dans la cuvette sous le Tuc des Ours. On distingune sur la crête vers la gauche le réservoir de la cheminée d’équilibre. C’est l’objectif.

Le choix du passage est évident, une montée bien raide agrémentée des rhodos, bref de l’ariègeois.

J’aurai pu aussi monté par le cirque:

Arrivée à la cheminée, on distingue la conduite que j’avais remontée:

De l’autre coté, le réservoir et au fond le pic de l’Har. C’est encore loin !

Maubermé et couloir de Tartereau:

Zoom sur le passage délicat:

GR et ruines:

Et bien, ça promet, si tout le parcours est comme les 100 m que je viens de faire !

Justement, la suite parait aérienne:

Finalement, tout va bien, aucune difficulté et une crête a cheminement sympathique.

La sente reste très discrète (voire inexistante sur certaines portions) empruntée principalement par les brebis. Je m’attendais à un plus fort passage humain au vu de l’absence de difficultés techniques.

Cabanes de Bentaillou et Serre Haute:

Grotte des Corneilles

Toute la crête:

Le final est pentu mais facile:

Au sommet:

Maubermé:

The Boss:

Etang d’Araing et Crabère:

Descente longue par le GR:

Et arrivée au parking avec le célèbre panneau:

1490 m de dénivelé, c’est tout de même assez long mais je recommande.

Col du Cruzous

Départ du Pla de La Lau à 920 m.

En cette belle saison automnale, je démarre assez tardivement dans la matinée.

Montée par le GR, arrivée à la cabane d’Aouen à 1600 m:

Encore 300 m de lacets pour rejoindre l’intersection à 1902 m, la température est désormais négative.

Valier et le col du Cruzous sur la gauche:

A la cabane de Taus, je prends le chemin de la cabane d’Espugnes.

A la cabane d’Espugnes:

Etangs d’Arech et Milouga:

A l’approche de l’étang de Cruzous:

L’étang et le col:

Un peu raide:

Arrivée au col de Cruzous (2336 m):

La combe de Lamech et le vallon d’Arcouzan que je connais bien:

Vers le Pomebrunet. Je suis parti trop tard, je renonce à faire les plus de 200 m raides pour le Pomebrunet.

Vers la crête des Antiques:

Au retour:

Ventolau et Coma del Forn en boucle

Départ de la station de la Pleta ( Tavascan) à 1690 m.

Le début de la montée vers la cabana de Crestuix est sèche, la station :

300 m plus haut, la cabane ouverte:

Rencontre …

Vallée de Tavascan:

En contrebas, l’estany de Mascaro:

Le pic de la Coma del Forn et le coll del Forn. Estanys de la Coma del Forn:

Le brouillard me rattrape sur la crête:

Pic des Tres Estanys et pic de Ventolau:

Le sommet:

Estany de Ventolau:

Estanys de la Gallina et Mont Rouch:

Tres Estanys:

Probablement un des plus beaux points de vue des Pyrénées.

En 2017, j’étais monté par cette crête nord:

Descente au collet del Tres Estanys, un chemin rejoint les étangs.

Je coupe direct vers le coll del Forn:

Au col:

150 m de montée pour atteindre le pic de la Coma del Forn:

Au pic:

Le pic de Ventolau:

Estanys du Diable et de Mascarida de Dalt:

Descente vers la station:

Paloméra, tuc des Crabes

J’adore ce massif si différent du coté ariègeois; J’y suis allé deux fois par le Biros et par la vallée de Toran.

J’expérimente un nouveau point de départ plus rapide à partir du parking du Saut deth Pish dans la vallée de Varrados.

J’arrive la veille au soir, un seul van sur le parking (les camping cars sont interdits) et un gros orage en préparation:

En rouge: premier jour

En noir : second jour

Dénivelé: 2275 m

Remontée du barranc de Siesso, la cabane de Sèrra Escorjada:

Ca monte tranquillement, vallée sympathique.
Le plat à 2228 m:
Je monte au dessus de l’estanhola des Arméros à 2375 m.

L’estanh de Pica Paloméra, les ruines de la mine et le but : Tuc des Crabes au centre, pointu:
Je vais prendre toute la crête quasi plate jusqu’à Pica Paloméra.
Frontière avec le port d’Albe et le lac Long de Liat:
Toujours l’étang de Paloméra avec le Maubermé à droite:

L’objectif se précise:

L’estanh Nère de Uérri:
Petits laquets:
A Pica Paloméra, le Tuc des Crabes:

Descente vers le GR, puis remontée sur la crête menant au Tuc.

Au sommet, les lacs de Liscorn:

Passage par l’étang de Paloméra:

Petit laquet à 2335 m:

Puis celui à 2345 m:

Au pied du Tuc des Armèros déjà fait en 2018 :

Jusqu’au col de Varrados, ce sera vallonné :

Au plus grand des étangs à 2357 m:

La vallée de l’Arriu Unhola:

Le col est en vue, ,je vais y descendre puis monter dans le vallon à droite de l’arriu dera Princèla.

Je n’ai vu personne depuis le départ mais je compense avec beaucoup de catalans revenant de l’estanh des Trueites.

Le lieu de bivouac près du ruisseau:

Au lévé:

Estanh des Trueites:

et estanh dera Princèla:

Il y a ensuite un chemin (dessiné sur la carte) qui passe à coté du Tuc de Somont. De là je rejoindrai la piste à l’ouest.

A partir de l’étang des Trueites, il n’y a plus d’eau.

Au Tuc de Somont, descente directe vers la piste et la cabane deth Coret de Mont.

Je vais ensuite passer par la cabane dera Tuta dera Vop visible sur la photo au dessus de l’enclos puis la crête. De là , on aperçoit Vielha.

Arrivée sur la crête à coté de Montcarbau:

Descente pleine pente par une sente jusqu’à la piste; en face la vallée montée la veille:

La piste est agréable mais longue…

Le Saut deth Pish et la la piste menant au col de Varrados.

Deux jours à Soulcem

Après un bobo au pied et quelques jours de convalescence, je décide de reprendre doucement la rando avec deux balades à Soulcem.

Jour 1: Objectif, aller flirter avec la crête coté Canalbone

Départ de Soulcem:

Arrivée à l’étang supérieur de la Gardelle:

Et juste au dessus, à l’étang de Canalbone:

Un chemin monte dans le pierrier, le port de Canalbone, à droite ou à gauche ?

Je continue vers le col à droite à 2750 m, petit sommet à droite:

Sur ce sommet à 2780 m:

Et la crête frontière :

Vers le nord:
Je vais jusque sur la crête entre les cotes 2721 et 2849 sur la carte à 2800 m:

L’estany d’Areste:

Et vers l’Estat:

Je n’irai pas plus loin pour aujourd’hui.
L’abri du berger qui, selon lui, ne sert pas à grand chose:

Retour en vallée pas trop douloureux pour le pied en faisant attention.

Jour 2 : Pic de l’étang Fourcat

Je sais qu’il y a une voie directe mais je décide de passer par la frontière avec l’Andorre.

Etang de Caraussan:

Au port de Caraussans, et oui l’Andorre avec ses belles choses:

J’emprunte la crête jusqu’au pic Fourcat.

Le triste aménagement sur la pointe de Peyreguils:

La crête n’est pas si facile qu’il semblerait, il faut mettre un peu les mains et faire de l’évitement.

Au port de Tristaina, on peut prendre un sentier sur le flanc ouest pour éviter la crête, je le prendrais au retour.

Le pic en vue:

Au col, étangs de la Oussade, Fourcat et le petit étang Fourcat:

Au pic:

Estat:

Quelques mètres un peu pénibles à descendre et retour vers les petits étangs sous le port de Tristaina:

Et passage par la cabane de la bergère.

Retour par le raidillon vers Soulcem, le pied déguste un peu.

Finalement, pour une convalescence, ce n’était pas si mal !